Le Kea, un oiseau culotté !

Un oiseau pas comme les autres

Élu oiseau néo-zélandais de l'année 2017, le Kea (Nestor notabilis) est la seule espèce de perroquet des montagnes au monde. Son intelligence, sa curiosité et sa nature culottée en font à la fois une véritable attraction touristique et un calvaire pour les locaux !

 

UNE POPULATION EN DéCLIN

milford-sound-kea-flight.jpg

Espèce endémique de la Nouvelle-Zélande, le kea ne se trouve que dans les montagnes de l'île du Sud. Sa zone d'habitat couvre environ 3,5 millions d'hectares. Avec une population autrefois estimée à des centaines de milliers, l'oiseau est aujourd'hui une espèce protégée comptant entre 3 000 et 7 000 individus. Le perroquet se distingue grâce à sa parure verte avec des teintes oranges sous ses ailes, et son long bec courbé. Connu pour son intelligence et sa curiosité, le kea peut résoudre des puzzles demandant de la logique, et il n'est pas rare de le voir travailler en groupe pour atteindre un objectif !

  • L'ENNEMI DES éleveurs de moutons

a-14011-atl.jpg

Omnivore, le kea se nourrit principalement de racines, feuilles, baies et d'insectes, mais il lui arrive aussi de s'attaquer à des proies plus grosses comme des lapins, d'autres oiseaux et même des moutons ! Avec l'arrivé des premiers colons, le kea a vu son habitat naturel se réduire, la nourriture se faisant ainsi plus rare, surtout pendant l'hiver.

Au milieu des années 1860, de nombreux moutons sont retrouvés avec des plaies. Les éleveurs pensent d'abord aux symptômes d'une nouvelle maladie. Mais rapidement, le kea est identifié comme le coupable. A la nuit tombée, plusieurs oiseaux montent sur le dos des moutons, arrachant leur peau pour en déchicter la chair. Les victimes meurent souvent d'épuisement ou d'infection des plaies, ou dans la panique, tombent du haut d'une falaise. Ce goût pour la viande a vite étiquetté le kea comme sérieux prédateur.

  • La chasse au Kea est lancée

Pendant plusieurs années, le perroquet fût chassé comme la peste. Une prime était même accordée par bec abattu. Au moins 150 000 oiseaux ont ainsi été tués jusqu'en 1986, date à laquelle le perroquet des montagnes est devenu de nouveau une espèce protégée.

  • 1986, Une espèce de protégée

Aujourd'hui, les éleveurs sont priés de prendre directement contact avec le département de préservation s'ils ont un problème avec des keas. Les oiseaux nuisibles sont capturés et réintroduits loin des élevages, ou dans des zoos.

"le clown des montagnes"

  • VOLEUR ET CURIEUX

1416957352076.jpg

Bien qu'ayant un statut d'espèce protégée, le kea n'est toujours pas apprécié de tous. Sa nature très active et curieuse le rend destructeur quand il a faim ou qu'il s'ennuie. Il endommage souvent les structures et équipements de montagne (sac de couchage, bottes, skis, etc.). Les perroquets s'attaquent aussi aux joints des fenêtres des voitures et des maisons. Avec leur caractère culotté et aventureux, les keas volent tout ce qui attire leur attention, jusqu'à même s'aventurer dans le sac des touristes et des locaux !  Il est strictement interdit de nourrir les keas pour ne pas perturber leur régime alimentaire, et surtout minimiser leurs relations avec l'homme et ainsi éviter d'encourager ses habitudes de voleur.

  • A LA UNE DE LA PRESSE

Ces petits perroquets mesquins font souvent parler d'eux dans la presse. L'année dernière, plusieurs Keas se sont amusés à déplacer les cônes de signalisation aux abords du tunnel Homer à Fiordland. Les perroquets attendaient que les ouvriers de chantier partent le soir pour déplacer les cônes durant la nuit. Après avoir bien observé les caméras de surveillance du tunnel, les ouvriers en sont arrivés à la conclusion que les oiseaux positionnaient les cônes sur la voie de circulation pour ralentir les voitures et ainsi mendier de la nourriture aux touristes. Les experts n'excluent pas cette hypothèse ! 

kea-rd-cones-1200.jpg
  • Les "kea gyms": un dispositif de protection

Des modules de jeux appelés "kea gym" ont spécialement  été construits près des routes et des stations services pour attirer l'attention des perroquets et limiter les dégâts. Ces plateformes sont l'oeuvre d'une collaboration entre le Département de Préservation, Downers NZ, l'université de Canterbury et la Kea Conservation Trust. Les "Kea gyms" se composent d'une multitude d'objets comme des bouées, échelles, balançoires. Elles sont réaménagées régulièrement pour rester intéressantes pour les oiseaux. Des experts de l'université de Canterbury observent le comportement des oiseaux face à ces airs de gym grâce des caméras de surveillance pour identifier de nouvelles méthodes et continuer à stimuler l'attention des keas !

Les néo-zélandais portent une attention bien particulière à ce petit perroquet des montagnes !

 Une "kea gym"

Une "kea gym"