Un système scolaire plus proche de nos critères d’éducation

Katiana et sa famille habitent à Port Ouenghi à 2 kilomètres de Boulouparis, en Nouvelle-Calédonie. Bonne élève, Katiana a suivi sa scolarite à l’école primaire de Boulouparis puis au collège Dominique Savio à la Foa. A la fin du collège, ses parents se sont interrogés sur le choix de son prochain etablissement. Rapidement, Katiana et ses parents se sont tournés vers les opportunités d'études en Nouvelle-Zélande.

Son papa Alain nous raconte comment s'est construit ce projet. 

1. Comment avez-vous construit ce projet d’étudier à l’étranger ? Qui en a eu l’idée ?

En début d’année 2016 nous avons commencé à discuter avec Katiana de l’échéance de sa scolarité au collège de la Foa et par conséquence de l’obligation d’aller en internat toute la semaine sur le grand Nouméa. Les allers-retours journaliers n’étaient pas vraiment possible pour une enfant de 14 ans.

Katiana nous avait déjà parlé de son envie de partir sur le secondaire en métropole. L’éloignement rendant ce projet très difficile pour elle et pour nous, nous lui avons proposé d’envisager les options d’études sur la Nouvelle-Zélande. Elle aime la nature, les chevaux, la montagne et la neige. L’idée a donc fait son chemin.  

2. Pourquoi avoir choisi la Nouvelle-Zélande ? Quelles étaient vos attentes ? Comment s’est fait le choix de l’école ?

La Nouvelle-Zélande est un superbe pays. En étant en Nouvelle-Calédonie depuis plus de 20 ans, nous avons eu le temps d’apprendre à connaître le pays par divers biais direct et indirect, et aussi par le cadre de mes activités professionnelles. Nos attentes étaient de trouver une école avec des valeurs en accord avec les nôtres. Le choix de l’école n’a pas été simple, il y a tellement de critères à prendre en compte : le cout, l’emplacement, la qualité de l’éducation, l’internat, la famille d’accueil. 

Heureusement New Zealand Services nous a dirigé en connaissance de cause, en prenant en compte l’ensemble de nos attentes et nous les en remercions. Ariane et Martine nous ont parlés de St Peters College à Cambridge et ont donc entrepris les démarches administratives.

3. Comment avez-vous entendu parler de New Zealand Services Education ? 

Nous avons contacté plusieurs sociétés sur la Nouvelle-Zélande. Nous avions déjà entendu parler de New Zealand Services par le biais d’articles divers et d’amis qui avaient déjà investi en Nouvelle-Zélande. Nous avons basé notre décision sur la réactivité des personnes contactées, ainsi que sur la relation humaine apportée par New Zealand Services.  

4. Comment avez-vous préparé le départ de votre enfant ? 

Katiana a toujours été demandeuse pour partir soit en métropole dans la famille pour les vacances, soit avec l’école en voyage scolaire. La préparer pour la Nouvelle-Zélande n’a donc pas été difficile. C’est nous qui avons dû nous préparer à son départ !

Pour elle, évidemment, le cadre de ce départ n’était pas ce qu’elle avait connu. En juin 2016 nous avons demandé à l’école de la prendre 15 jours pendant les vacances scolaires calédoniennes afin d’avoir un premier aperçu. Cela s’est très bien passé. New Zealand Services a pris Katiana en charge à son arrivée à Auckland jusqu’à l’école, et idem au retour. Le seul impératif que j’ai fixé à ma fille pour l’instant, dans le cadre de ce départ, a été l’internat, plutôt que la famille d’accueil. 

5. Quel était l’état d’esprit de votre enfant au moment de son départ ? Et vous-meme, comment avez-vous vécu cette expérience ? 

 Campus de St Peter's. 

Campus de St Peter's. 

Katiana était heureuse de partir pour être scolarisée en Nouvelle-Zélande. Elle était triste de nous quitter, un peu inquiète de partir en internat. Avec un retour pour les vacances scolaires, elle n’est jamais partie aussi longtemps (3 mois pour le 1er Term). Il y avait donc un peu d’appréhension. Nous sommes heureux de savoir que c’est ce qu’elle veut, mais c’est difficile pour les parents, une étape inévitable de la vie (enfin pour nous).

6. Comment gérez-vous la distance avec votre enfant ? 

Je suis parti avec Katiana pour la rentrée des classes. Je souhaitais connaître son environnement futur et faire connaissance avec l’école à proprement parlé. Mais étant handicapé par un anglais qui me fait souvent défaut, Philippe nous a accompagnés et nous a même conduis jusqu'à Cambridge (à 2 heures d’Auckland) après nous avoir récupérés à l’hôtel à Auckland. Encore merci à lui.

New Zealand Services fait également le relais en cas de problème sur place et pour les transferts. La distance avec la Nouvelle Zélande n’est pas aussi énorme que ça, mais nous avons l’esprit tranquille de savoir que New Zealand Services et son équipe peuvent répondre à ma fille en cas de besoin. 

7. D’après-vous, qu’est-ce-que le système scolaire néo-zélandais apporte à votre enfant par rapport au système français ? 

Le système scolaire anglo-saxon est au plus proche de nos critères d’éducation et des valeurs que souhaitions pour nos enfants. Le système français enferme souvent les enfants dans des groupes où « tu suis ou tu sors ». Dans notre cas, nous avons opté pour une école privée où les absences des profs ne sont pas légions, avec des heures d’études qui sont des heures « d’études », pas des voies de garage pour cause d’absence du professeur. 

8. Scolairement, quel bilan faites-vous de cette expérience ? Et humainement ? 

A ce jour il est encore tôt pour nous de tirer un bilan scolaire ! La transition dans le cadre du changement de vie pour Katiana est très importante ; environnement, internat, langage courant, éloignement... Nous la connaissons et savons qu’elle fera le maximum pour s’adapter et suivre les cours uniquement en anglais en évoluant au mieux de ses possibilités. Humainement, cela sera pour elle une expérience d’ouverture. Les retours qu’elle nous fait sont très positifs, même si cela reste difficile pour l’instant. 

9. Quels conseils donneriez-vous aux futurs parents intéressés par cette démarche ? 

Bien sûr, cela reste un privilège et que le cout d’une telle éducation n’est pas négligeable.  Cependant, tout en restant à l’écoute de l’enfant et dans la mesure des moyens de chacun, différentes options sont disponibles. Il faut dépasser la difficulté des parents à voir leur enfant partir vers autre chose, en privilégiant leur bien-être.

Il est important d’être conscient d’avoir cette chance de leur donner cette opportunité représentant un investissement pour leur avenir. Il faut par ailleurs faire le bon choix sur les prestataires et les conseils comme c’est le cas pour New Zealand Services.